LES ORGANISMES COMMUNAUTAIRES EN DEUIL DE LA JUSTICE SOCIALE

LES ORGANISMES COMMUNAUTAIRES EN DEUIL DE LA JUSTICE SOCIALE

 

Bas-Saint-Laurent, le 6 avril 2010_____   Pour la quatrième année consécutive, les organismes communautaires de la région se sont présentés au conseil d’administration de l’Agence de la santé et des services sociaux du Bas-Saint-Laurent ce mardi 6 avril pour faire valoir leurs besoins en matière de reconnaissance et de financement.   Une semaine après la sortie du budget du gouvernement, les organismes communautaires en santé et services sociaux se déclarent en deuil.  Selon leur porte-parole, Mme Évelyne Langlois, «les premières personnes touchées par les mesures du gouvernement sont celles qui fréquentent les organismes communautaires, c’est-à-dire les moins nantis de la société.  Si on prend par exemple le Fonds de la santé et l’imposition d’un ticket orienteur,  les tarifs à payer seront les mêmes pour toutes les personnes, indépendamment de leurs revenus.  Peu importe sous quel angle on les analyse, ces intentions conduisent inévitablement à augmenter les inégalités sociales.  On est loin de parler de répartition équitable des richesses!».   Par ailleurs, en plus de pénaliser les gens les plus vulnérables et la classe moyenne, ce budget ouvre une brèche importante dans les principes d’accessibilité et d’universalité du système de santé.    Comme le précise Mme Langlois «aujourd’hui, nous nous sentons en deuil de la justice et de la solidarité sociale. À coup sûr, ce sont les organismes communautaires qui, une fois encore, tenteront de colmater les brèches.  Mais comment le pourront-ils alors qu’ils ne disposent pas de ressources suffisantes?»

Le budget prévoit un maigre 0,4% d’augmentation pour les organismes communautaires, ce qui signifie pour la région du Bas-Saint-Laurent une hausse d’environ 50 000$ à répartir entre 116 organismes communautaires. À cette enveloppe s’ajoute un montant de 245 000$ prévu par l’Agence dans un plan  triennal de rehaussement du financement qu’elle a adopté l’an dernier et qui totalisera en 2011-2012 un montant de 825 000$.  Cependant, pour l’an 1 de son plan, l’Agence a consacré à peine un peu plus de la moitié de l’enveloppe supplémentaire de 215 000$ au financement à la mission.  Le reste de l’argent a été alloué pour des activités spécifiques et des projets ponctuels.  Selon Mme Langlois, «l’effort de l’Agence doit être salué, surtout dans le contexte actuel, mais le plan de financement qu’elle a adopté répond à une minime partie seulement des besoins exprimés par les organismes communautaires de la région. L’Agence devrait au moins financer la mission des organismes et non pas des activités spécifiques et des projets ponctuels.  Compte tenu de la minceur du montant, nous considérons également que l’Agence devrait prioriser le rattrapage financier».   Pour l’année 2010-2011, les 116 organismes communautaires reconnus par l’Agence ont demandé plus de 22 M $ en financement à la mission alors que l’an dernier, ils ont reçu un peu moins de 13 M $. 

Les organismes communautaires pressent l’Agence de sensibiliser le gouvernement et le MSSS aux impacts d’une taxe santé et d’une franchise sur la population vulnérable afin de corriger le tir.   Par ailleurs, pour l’an 2 de son plan de financement, les organismes communautaires recommandent à l’Agence de consacrer la totalité de l’enveloppe supplémentaire au financement à la mission en priorisant les organismes communautaires les plus sous-financés.  Ils invitent également l’Agence à s’entendre avec leurs représentants du  Mouvement Action Communautaire sur les principes de base à respecter dans l’octroi de financement supplémentaire.

À propos du Mouvement Action Communautaire Bas St-Laurent (MAC):

Le MAC regroupe 93 organismes communautaires oeuvrant principalement en santé et services sociaux sur l’ensemble du territoire du Bas-Saint-Laurent.  Ceux-ci interviennent dans de multiples secteurs tels que la sécurité alimentaire, la violence, la santé mentale, la pauvreté et les dépendances. Ils rejoignent des femmes, des hommes, des familles, des personnes âgées, des jeunes, des personnes handicapées, etc. Le MAC agit à titre de porte-parole de ces organismes quant aux dossiers liés à la promotion et à la défense de leurs pratiques alternatives. Le MAC est un membre actif de la Coalition des TROC du Québec. 

– 30 –

Source:  Évelyne Langlois

               Coordonnatrice

               418-722-0621

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :